#UEMEDEF2013 : Pierre Gattaz donne le ton à la plénière d’ouverture

29 Août

Pierre Gattaz a donné le coup d’envoi de l’Université du Medef qui se tient du 28 au 30 août 2013 sur le campus d’HEC, à Jouy-en-Josas sur le thème « Crise : Du danger à l’opportunité ».

medef.com

medef.com

Suite aux annonces de Jean-Marc Ayrault sur le projet de loi sur la réforme des retraites, Pierre Gattaz ouvre sa première université d’été du Medef en donnant un ton combatif non seulement en raison de la conjoncture économique mais pour réaffirmer ses positions sur les charges qui pèsent sur les entreprises.

L’idéogramme chinois, qui signifie d’un côté « crise » et de l’autre « opportunité »,  a été choisi en raison de la situation de crise que connaît la France et pour annoncer le programme du Medef pour les années à venir.

Face à cette crise, Pierre Gattaz croit en l’opportunité de progrès et de changement. Il s’appuie sur l’attitude des chinois qui est celle de la confiance, du combat, de la conquête. « Ils ont un appétit pour la mondialisation, pour le développement, c’est tout ce qui nous manque en France ».

Pour Pierre Gattaz, ce manque est dû à une complexité « délirante », aux charges des entreprises, aux taxes qui anesthésient toute volonté de se développer, de se battre, de créer.

La vérité

« Le choix est devant nous est, soit renoncer, se laisser aller à la facilité de l’habitude et continuer à glisser doucement vers le gouffre des 12, 13, 14, 15% de chômage en poursuivant les mêmes politiques qui depuis 30 ans rendent obèse notre sphère publique, asphyxient et ligotent nos entreprises, soit accepter sans retenue et sans complexe les règles de l’économie de marché, de la mondialisation. »

Le conseil de Pierre Gattaz est de tirer profit de la mondialisation en modernisant et en réformant notre pays.

L’argumentaire chiffré

  • Les dépenses publiques représentent 57% du PIB contre 49% en moyenne en Europe
  • 240 milliards d’euros de dépenses publiques et 500 000 fonctionnaires supplémentaires par rapport à l’Allemagne
  • Le taux de prélèvements obligatoires atteint 46% du PIB contre 38% en moyenne en Europe
  • 400 000 fonctionnaires supplémentaires en France en 10 ans
  • 100 000 milliards d’euros de prélèvements de plus sur les entreprises françaises comparés à la moyenne européenne

Les indicateurs économiques « dans le rouge » :

  • Le taux de chômage est de 11%
  • Le commerce extérieur est déficitaire autour de 65 milliards d’euros
  • Le déficit public sera autour de 4% en 2013
  • La dette atteint 92% du PIB

Un message clair

« Moi, je n’ai qu’une seule obsession, l’emploi, l’emploi, l’emploi ».

Pierre Gattaz demande au gouvernement d’être « obsédé » également par cette logique implacable, « l’emploi créé par les entreprises, créé par de la croissance, créé par de la compétitivité, elle-même créée par la compétitivité-coût (coût du travail, coût de la fiscalité, coût de l’énergie) ».

Pour créer de la croissance, il faut des entreprises compétitives et innovantes qui ont confiance en leurs pouvoirs publics.

Pierre Gattaz définit « Le seul emploi qui vaille » comme un « emploi pérenne, qui rapporte, qui ne coûte pas à la collectivité est un emploi […] créé par les entreprises. »

Il assène que le gouvernement a fait le choix du chômage en ne repoussant pas l’âge légal de départ et en renforçant les contraintes sur la pénibilité. Le gouvernement refuse de faire « une réforme de fond que les français attendent et sont prêts à accepter ».

« Alourdir les charges ou les contraintes sur les entreprises, c’est faire le jeu du chômage au détriment de l’emploi».

« Taxer, ce n’est pas réformer. Surtaxer, c’est créer des chômeurs ».

Pierre Gattaz se refuse à financer 220 milliards d’euros pour la retraite par les cotisations sociales. « Pire, tout le monde sait que l’on va devoir revenir sur cette réforme, … sous deux ans ».

Les besoins 5 « S » des entreprises

Pour le président du Medef, les entreprises attendent une dynamique de baisse massive du coût du travail avec un calendrier précis de mise en œuvre. Cette baisse du coût du travail ne doit pas uniquement compenser une hausse des cotisations.

Les entreprises nécessitent un environnement défini par le Medef par 5 « S » :

1. Simplifier

2. Stabiliser

3. Souple socialement

4. Serein fiscalement

5. Sécuriser juridiquement

Pour la simplification :

  • diminuer tous les codes de 5% par an. Il existe 85 codes dont trois de plus de 3 000 pages, à savoir le code du travail, des impôts et de l’urbanisme.
  • au sujet des 400 000 normes, supprimer 2 textes pour en créer un, sur le principe du « One in two out »

Pour la stabilisation :

  • adopter un moratoire sur toutes les normes et les règlements imposés par l’administration pendant 4 ans ;
  • réduire les strates administratives

Pour la sérénité fiscale :

  • enclencher une baisse annuelle des impôts en nombre et en valeur en même temps que la baisse des dépenses publiques
  • supprimer les impôts « symboles, dogmatiques » qui découragent les investisseurs français et étrangers
  • supprimer l’ISF
  • supprimer la taxe à 75% sur les revenus.

Pour la souplesse sociale :

  • refonder la durée légale du travail en supprimant les 35 heures
  • améliorer davantage la flexibilité et l’employabilité des salariés

Pour la sécurisation juridique :

  • diminuer l’insécurité juridique sur les PSE
  • cesser l’ingérence juridique lors des procédures économiques

Pierre Gattaz pense que la France a tous les atouts pour sortir de la crise mais il lui faut un cap ambitieux….

Une Réponse to “#UEMEDEF2013 : Pierre Gattaz donne le ton à la plénière d’ouverture”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Coup d’envoi des rencontres informelles au Medef | mamzelleblog - 29/10/2013

    […] « #UEMEDEF2013 : Pierre Gattaz donne le ton à la plénière d’ouverture » (29/08/2013) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :