Formation des jeunes et des demandeurs d’emploi – 1/2

11 Oct

Thierry R. a reçu le 8 octobre 2012 les participants de la table ronde « Développement des compétences et formation tout au long de la vie » lors de la Conférence sociale pour définir les grandes lignes d’un futur accord-cadre. 

Crédit Photo : faf-sab.com

Des textes ont été proposés, incarnant les deux chantiers prioritaires du gouvernement. L’un porte sur la formation des demandeurs d’emploi et l’autre porte sur l’accès à la qualification des jeunes. 

Le document relatif à la formation des demandeurs d’emploi s’attache à détruire le mille-feuille de la formation professionnelle constitué par une superposition législative en rationalisation à la fois les intervenants, les dispositifs en vue d’une amélioration de la circulation de l’information et par conséquent de l’accès à la formation professionnelle. 

Identification des contraintes

Ce document de travail identifie les différentes contraintes que rencontrent les demandeurs d’emploi qui veulent se former :

  • difficulté dans la recherche de financement
  • manque d’information
  • éloignement des lieux de formation
  • complexité des démarches administratives
  • moins accès à la formation pendant les périodes de chômage
  • délais d’entrée en formation trop longs

 Nouvel acte de décentralisation

Dans le cadre du nouvel acte de la décentralisation, l’urgence est d’améliorer le taux de formation des demandeurs d’emploi et de réduire les délais d’entrée en formation. 

Au vu des résultats des différents outils de pilotage de la formation professionnelle, les acteurs territoriaux doivent améliorer leur coordination afin de répondre à cinq enjeux majeurs :

 1 / Une lecture partagée des besoins des publics et des entreprises 

 Chaque région doit adopter une politique de territorialisation commune, s’appuyant sur un accord entre l’Etat, les régions, les départements et les partenaires sociaux, pour :

  • définir des territoires communs d’intervention entre les différents acteurs des politiques d’emploi, de formation et d’insertion ;
  • mettre en œuvre sur ces territoires des diagnostics communs et partagés, s’appuyant notamment sur la compétence des OREF et associant directement Pôle emploi et les missions locales, les OPCA et les Fongecifs ;
  • déterminer des objectifs communs d’actions.
2 / La constitution d’une commande publique plus homogène 

Afin de pallier à une disparité de l’offre de formation et des chevauchements des dispositifs issus de la multiplicité des achats de prestations de formations par des marchés publics séparés (Pôle emploi, Etat, région, Agefiph..), il est confié aux régions le soin d’assurer la coordination des achats de formation.

En outre, une réflexion de la part des partenaires sociaux sur la rationalisation des achats et des financements sera menée pour la POE et l’alternance.

Cette coordination favoriserait le conventionnement entre le FPSPP et les partenaires régionaux (Région, Partenaires sociaux, Pôle emploi,…).

3/ L’outillage des prescripteurs 

Afin de permettre aux prescripteurs de maîtriser la globalité de l’offre de formation et de pouvoir la transmettre intelligiblement aux demandeurs d’emploi, il est proposé de rationnaliser le système d’information par l’utilisation commune au niveau national de l’outil « Dokelio » piloté par CentreInffo.

4 / L’adaptation des formations et la qualité globale de l’offre de formation 

Le trop grand nombre d’organismes (60 000) proposant des formations nuit à la visibilité de l’offre de formation.

Les critères de qualité de l’offre de formation (conditions d’accueil et d’information des stagiaires, exigences d’organisation de la formation, critères identiques de mesures du suivi d’actions de formation…) doivent être revus et par conséquent donner lieu à l’élaboration d’une charte qualité.

Au vu de leurs compétences d’évaluation, les CCREFP devraient se saisir de cette mission, en collaboration avec les OREF.

Au niveau national, le CNFPTLV pourrait organiser en lien avec eux un programme concerté et pluriannuel d’évaluation.

5 / La levée des obstacles à l’entrée en formation 

Les principaux obstacles à l’entrée en formation sont les frais liés au transport, à l’hébergement et à la garde d’enfant. Des aides publiques existent déjà mais souvent elles sont méconnues et sous-utilisées.

Afin de lever ces obstacles à l’entrée à la formation, il conviendrait de réaliser dans chaque région, un état des lieux précis des aides financières ou matérielles. Cet état des lieux, en charge par les CARIF et les OREF, devra être actualisé et mis à disposition des conseillers, des prescripteurs et des demandeurs d’emploi. Ainsi, des solutions seront apportées en amont aux demandeurs d’emploi engageant un projet d’action de formation.

En outre, le document de travail préconise des actions ciblées en faveur des demandeurs d’emploi non qualifiées, notamment par la mise en œuvre du plan stratégique 2015 de Pôle emploi qui différencie l’offre d’accompagnement en fonction du degré d’éloignement à l’emploi.

2 Réponses to “Formation des jeunes et des demandeurs d’emploi – 1/2”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Baisse des entrées en formation en 2011 | mamzelleblog - 23/04/2013

    […] Formation des jeunes et des demandeurs d’emploi – ½ (11/10/2012)  […]

  2. Accompagnement des jeunes demandeurs d’emploi « mamzelleblog - 04/11/2012

    […] aussi :  Formation des jeunes et des demandeurs d’emploi – 1/2 (11/10/2012) Formation des jeunes et des demandeurs d’emploi – 2/2 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :