Une guerre des publications ?

15 Août

Hier, l’INSEE et la DARES ont publié respectivement leurs études trimestrielles « Estimation flash de l’emploi salarié au 2ème trimestre 2012 » et « Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre au 2ème trimestre 2012 » indiquant un repli de l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles, avec 11 700 emplois détruits.

Crédit Photo : turquie-fr.com

Cette baisse de l’emploi se poursuit notamment dans le secteur industriel avec une destruction de 10 200 postes.

Quant à la variable d’ajustement, elle est également fortement touchée ce 2ème trimestre, supprimant 19 900 postes intérimaires.

Pôle emploi se lance dans l’analyse conjoncturelle

Parallèlement aux nombreuses études de l’INSEE et de la DARES, sans compter celles du BIT/OIT, de l’OCDE, de l’OFCE, du COE, de think tanks…..Pôle emploi propose, depuis le mois de juillet, un nouvel indicateur afin de synthétiser l’incidence de la conjoncture économique sur l’état du marché du travail, et les opportunités qu’il offre pour trouver rapidement un emploi.

Selon Pôle emploi, l’ICDC présente l’intérêt de refléter très rapidement les modifications de la conjoncture économique et fera l’objet d’une publication trimestrielle, à l’instar de l’INSEE et de la DARES.

Il consiste à évaluer la durée moyenne de chômage d’une cohorte fictive de demandeurs d’emplois qui connaîtraient durant toute leur période de chômage les mêmes conditions sur le marché du travail que celles du trimestre considéré.

Sur les deux dernières années, l’indicateur se maintien à un niveau élevé et la durée de chômage est évaluée à plus de 12 mois.

Pôle emploi conclut grâce à son nouvel indicateur ICDC que le niveau de croissance n’a pas permis de créer suffisamment d’emploi pour amorcer la baisse du chômage.

Il était temps que Pôle emploi nous permette de comprendre la conjoncture économique et ses effets sur le chômage.

A la lecture attentive de la première publication de Pôle emploi, « Les auteurs remercient Stéphane Carcillo pour les remarques qu’il a formulées et les pistes d’amélioration qu’il a suggérées ». Quelles sont ses remarques et ses suggestions ? Pourquoi Pôle emploi ne présente pas Stéphane Carcillo ?

La véritable question à se poser est quelle est la valeur ajoutée de ce nouvel indicateur nébuleux ?

Quelles solutions concrètes Pôle emploi apporte-t-il à la durée du chômage qui ne cesse de s’allonger ?

Au vu de l’étude récente de l’iFRAP sur Pôle emploi « Pôle emploi, l’urgence d’une rénovation », d’autres chantiers apparaissent plus urgent au sein de Pôle emploi que de réaliser des publications trimestrielles ICDC.

La Fondation iFRAP pose la question : « comment réformer ce système qui ne satisfait ni les agents, ni les demandeurs d’emploi, ni les entreprises ? », s’appuyant sur le constat suivant :

  • Avec des effectifs totaux pourtant plus nombreux dans le service public de l’emploi français qu’au Royaume-Uni, 62 000 contre 53 000 équivalents temps plein, Pôle emploi accompagne moins bien les demandeurs d’emploi.
  • La logique du métier unique pour tous les agents, qui a prévalu avec la fusion, s’est soldée par un échec.
  • D’après nos estimations, le coût de placement dans un emploi durable par Pôle emploi est environ 1 000 euros plus cher que par un OPP.
  • Les modèles britannique et australien pourraient inspirer une réforme, aujourd’hui devenue indispensable, de Pôle emploi. Eux privilégient la spécialisation, l’externalisation des missions et la mutualisation des données et des outils.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :