L’emploi d’ici 2020

21 Mai

Le cabinet de conseil Mc Kinsey vient de publier une étude sur l’emploi en France d’ici 2020.

Crédit Photo : turquie-fr.com

Partant du constat de la hausse continue du chômage et de nombreuses destructions d’emplois passées et à venir dans les secteurs privé et public, le cabinet propose de réformer structurellement le marché de l’emploi notamment en réduisant l’inadéquation entre l’offre et la demande de compétences et en dynamisant les créations d’emplois.

Faible taux d’activité

La France a subi un décrochage de son PIB par habitant par rapport à l’Union européenne à 15. Désormais, la France est au 11ème rang, ne devançant que l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

Un faible taux d’activité de la population française allié à un taux de chômage élevé constitue un frein réel à la progression de son PIB.

Certes les emplois précaires, CDD ou intérim, ne représentent que 13% du marché de l’emploi mais 60% d’entre eux ont été détruits depuis  la crise économique de la mi-juillet 2008.

Le marché du travail est vacillant à partir du moment où les emplois servant de variable d’ajustement sont supprimés.

Taux de croissance du PIB de 2,1%

Afin de redresser le marché de l’emploi, le cabinet de conseil Mc Kinsey s’est appuyé sur un scénario avec une croissance du PIB de 2,1%. Pour ce faire, le taux de chômage de la France devrait être de 5,5% portant le taux d’activité à une moyenne européenne de 72,7% avec une création nette de 240 000 emplois par an.

La France doit donc plus que doubler ses créations d’emplois annuelles afin de maintenir son niveau de prospérité.

Pénurie de diplômés

D’ici dix ans, la France sera confrontée à la fois à une pénurie de diplômés et à un manque d’emplois pour les non diplômés. Ce paradoxe révèle une inadéquation croissante entre l’offre et la demande de compétences.

Ce manque s’élèverait à 2,3 millions de diplômés d’ici 2020 contre 2,3% de non diplômés inactifs.

Dynamisation de l’emploi

D’ici 2020, le cabinet de conseil Mc Kinsey préconise 5 grandes actions :

  1. Réformer les conditions de l’emploi des seniors pour augmenter le taux d’activité
  2. Assurer la montée en compétence de la main-d’œuvre et mieux adapter ces compétences aux besoins d’une économie du savoir
  3. Améliorer la compétitivité-coût du travail et lui donner davantage de souplesse
  4. Adopter des stratégies de croissance ciblées sur les gisements de création d’emplois pour tous les actifs, diplômés ou non
  5. Améliorer les mécanismes d’ajustement entre offre et demande de main-d’œuvre pour garantir l’efficacité et l’efficience des politiques de l’emploi notamment en simplifiant l’organisation et en clarifiant la mission des différents acteurs du SPE mais aussi en amenant le niveau de service de Pôle emploi au rang des meilleurs pratiques européennes.

Le marché de l’emploi ne redeviendra dynamique qu’en augmentant le taux d’activité et en solutionnant l’inadéquation entre l’offre et la demande de compétences.

Bien que des politiques de l’emploi en faveur des seniors, de la formation professionnelle tout au long de la vie, de la professionnalisation des cycles universtaires,… ont été mises en œuvre durant les cinq dernières années, le cabinet de conseil Mc Kinsey revient sur des préconisations qui ont dû mal à exister concrètement, sur le terrain, sur le marché de l’emploi.

 

Publicités

2 Réponses to “L’emploi d’ici 2020”

  1. Comme vous le dites, beaucoup des « fragilités structurelles » pointées par McKinsey font déjà l’objet de réformes et d’actions publiques en France. Ce qui est nouveau et particulièrement inquiétant, c’est cette inadéquation entre compétences disponibles et besoins des entreprises dont vous vous faites l’écho.

    Analyse détaillée de ce « mismatch » par l’Atelier de l’Emploi, qui met aussi en lumière les solutions (locales) citées par McKinsey : http://www.manpowergroup.fr/lemploi-en-france-en-2020-que-faire-face-a-la-penurie-annoncee/

    L’industrie allemande étant particulièrement touchée par le vieillissement, l’inadéquation et les pénuries de compétences sont de plus en plus inquiétantes. Ainsi, elle cherche activement à séduire les jeunes, les femmes et les talents étrangers :http://www.manpowergroup.fr/jeunes-femmes-talents-etrangers-lallemagne-sactive-face-a-la-penurie/

    • mamzelleblog 21/05/2012 à 09:47 #

      Oui, une réforme structurelle du service public de l’emploi est nécessaire pour réduire l’inadéquation de l’offre et de la demande. A ce jour, la fusion ANPE-Assedic, le transfert de l’AFPA et la loi sur la réforme professionnelle… n’ont pas suffit pas à relancer le marché de l’emploi. Les entreprises ont de moins en moins recours à Pôle emploi (ouverture plus grandes aux OPP…). Quant à leur dernière enquête BMO, elle est loin de refléter les conclusions du cabinet de conseil Mc KInsey.
      J’ai l’impression que le modèle français du marché de l’emploi est également sclérosé par une lourdeur des process désormais désuets et inappropriés.

      Concernant l’Allemagne, j’ai lu votre article. Il est vrai que le modèle Allemand est souvent une référence dans notre pays mais il a également ses limites, comme vous l’indiquez, par le vieillissement de sa population (l’âge de la retraite a été réformé !) et par un appauvrissement des salariés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :