Enquête Besoins en main-d’œuvre 2012

11 Mai

Pôle emploi vient de publier son enquête « Besoins en main-d’œuvre » 2012 réalisée avec le concours du Crédroc et des directions régionales.

Crédit Photo : pole-emploi.org

Cette étude mesure les intentions de recrutement des entreprises pour l’année à venir.

Un questionnaire a été envoyé 1 650 000  d’établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement par secteur d’activité et par bassin d’emploi.

Selon Pôle emploi, cette étude permet d’anticiper les difficultés de recrutement et d’informer les demandeurs d’emploi sur les formations à suivre en adéquation avec le marché du travail. Néanmoins, en agence, force est de constater que le demandeur d’emploi n’est pas informé sur l’évolution du marché du travail et sur les métiers porteurs.

Résultats de l’enquête BMO

En 2012, les prévisions d’embauche augmentent de +4,6% (+66 300) pour s’établir à 1 608 700 projets dans 386 bassins d’emploi en France.

L’enquête pointe un recul de -0,3% de la part des établissements qui recrute par rapport à 2011, soit 415 800 recruteurs potentiels. Cependant, ce faible recul devrait être compensé par l’augmentation des besoins en main-d’œuvre et par le dynamisme des établissements recruteurs en 2012.

Près de la moitié des établissements prédisent un accroissement de leur activité dans les 3 à 5 ans à venir.

50% des employeurs envisagent d’embaucher en CDI et 22% en CDD de plus de 6 mois. L’intérim peine à 5%. 36% de ces embauches se feraient au titre d’un surcroît d’activité au sein de l’entreprise.

Les emplois saisonniers représentent 36% des intentions d’embauche (578 000 embauches potentielles) dont 90% dans le secteur agricole.

Les intentions d’embauche pour des ingénieurs et des cadres ne représentent que 9% en 2012 (+3,4%).

Les métiers les plus recherchés se situent dans les secteurs des services à la personne et aux entreprises (aides à domicile, aides ménagères, aides-soignants, agents d’entretien de locaux, serveurs de cafés et de restaurants…).

Quant aux entreprises qui n’effectueront aucun recrutement cette année, elles se justifient par la suffisance de leur structure ou par un contexte économique défavorable.

Paradoxes de l’enquête BMO

410 000 établissements ont répondu à cette enquête sur 1 650 000 questionnaires envoyés.

Comment 25% des entreprises peuvent-elles être représentatives de l’état du marché du travail ?

Un doute est donc permis quant à la pertinence de cette nouvelle étude BMO.

La liste des métiers les plus recherchés de l’enquête, à savoir les services à la personne, l’hôtellerie-restauration, les agents d’entretien…, sont peu qualifiés. Par conséquent, ce sont des emplois précaires, plutôt saisonniers et rémunérés au SMIC.

De plus, l’étude BMO révèle que le nombre de recrutement dans les TPE et PME, qui devraient créer des postes contenus dans la liste des métiers les plus recherchés, est en baisse par rapport à 2011.

Pôle emploi prétend que 71% des établissements vont utiliser leurs services pour recruter. Pourtant les difficultés de recrutement des entreprises augmentent en 2012 et s’établissent à 43%, soit pour 684 600 emplois potentiels. Les principales difficultés sont que les candidats qu’ « ON » leur propose, ont un profil en inadéquation avec l’offre d’emploi (44%) ou qu’il y a une pénurie de candidats. 30% des entreprises soulignent le manque d’efficacité ou de rapidité de Pôle emploi.

Une crise de confiance s’est en effet installée entre les entreprises et Pôle emploi. Elles ont de moins en moins recours à leurs services, qui depuis la fusion ANPE-Assédic, se seraient déteriorés.

En outre, la campagne présidentielle, sous la pression de Xavier B., a retardé des plans sociaux. De nombreux grands groupes vont débaucher très prochainement : PSA -6. 000, Citroën -3.300, Novatrans -260, SNCM -800, CA -2. 350, SG -1. 500, BNP Paribas -1. 400, Axa -1. 600, Télécommunications -10. 000,  Carrefour -3. 000 …

Le marché du travail va continuer de s’essouffler non seulement à cause d’une situation économique vacillante mais surtout par un service public de l’emploi complètement désoeuvré.

Le nouveau gouvernement pourrait-il enfin s’inspirer des propositions de Jacques Attali relative à la réforme du marché de l’emploi dont les préconisations sont réunies dans « Une ambition pour dix ans » (Eds Xo) ?

Une Réponse to “Enquête Besoins en main-d’œuvre 2012”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Good morning….Chômage ! « mamzelleblog - 17/05/2012

    […] à l’enquête BMO 2012 de Pôle emploi, elle prévoit 66 300 embauches pour l’année 2012. Cette prévision d’embauches est loin de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :