L’intérim au féminin

9 Mai

Le premier club des blogueurs du Prisme a eu lieu le 12 avril 2012 pour échanger sur la thématique « Les femmes et le marché de l’emploi », en présence de Arnaud de la Tour, Président du PRISME et de François Roux, Délégué Général du PRISME.

Au siège du PRISME, ces échanges ont été réalisés autour des résultats de l’étude réalisée en 2011 pour l’Observatoire des Métiers de l’Emploi (OME) par le cabinet Amnyios consultants, sur les femmes et l’intérim.

Cette étude révèle que l’intérim est, de façon générale, perçu par les femmes intérimaires comme une solution efficace afin de concilier les obligations personnelles et professionnelles, et de s’insérer durablement sur le marché du travail.

L’intérim représente un tremplin vers le marché du travail pour les unes, la multiplication des expériences pour d’autres, ou encore un choix de vie assumé.

Les femmes intérimaires : qui sont-elles ?

29 % de la population intérimaire sont des femmes. La moitié d’entre elles a moins de 30 ans.

Si l’intérim reste encore un milieu largement masculin, il est intéressant d’observer que le taux de représentation des femmes dans l’intérim est en constante progression : depuis 1995, il a augmenté de 4 points.

Moins nombreuses que les hommes dans les transports et la construction, les femmes sont en revanche bien représentées dans les autres secteurs d’activité. Cette répartition s’explique notamment par :

  • le fort taux de recours à l’intérim dans l’industrie (42 % des femmes intérimaires travaillent dans ce secteur),
  • et une tendance de fond à la féminisation des services (32 % des femmes intérimaires contre 17 % de l’emploi intérimaire total).

L’étude révèle également que les femmes ont un niveau de qualification supérieur à celui des hommes. Elles sont, au moment de leur première inscription dans l’intérim, plus diplômées et plus qualifiées que les hommes, ce qui peut expliquer un moindre besoin en formation que les hommes.

Levier efficace vers l’employabilité et l’insertion durable

Les femmes intérimaires ont très majoritairement une bonne perception de l’intérim : elles sont près de 93 % à en avoir une bonne opinion, soit un taux légèrement supérieur à celui des hommes intérimaires (90,6 %). De même, 78 % des femmes intérimaires font état de leur volonté de continuer à travailler en intérim dans l’avenir. L’intérim apparait en outre pour la moitié d’entre elles une solution durable.

L’intérim est un moyen d’acquisition d’une première expérience professionnelle. Sur les 503 femmes intérimaires interrogées dans le cadre de l’étude, 44 % n’avaient aucune expérience.

En permettant une prise de poste rapide et diversifiée selon les missions, l’intérim prouve sa capacité à constituer une opportunité rapide pour acquérir une première expérience professionnelle.

L’ensemble des femmes interviewées estime ainsi à 84 % que leur passage en intérim a contribué à la diversification de leurs parcours et à l’acquisition de nouvelles compétences.

L’intérim est également une solution pour concilier vie professionnelle et vie privée. Il apparait pour les femmes intérimaires, dont le parcours est souvent rythmé par la maternité, comme une solution pour se réinsérer sur le marché de l’emploi ou renforcer son parcours professionnel en alliant souplesse et flexibilité.

Le Fastt propose par ailleurs aux intérimaires des aides et des services, notamment pour favoriser l’accès au logement, l’accès au crédit et faciliter la vie quotidienne. En faisant appel au Fastt, les femmes intérimaires peuvent ainsi bénéficier d’un service de garde d’enfants à domicile ou de location de véhicules à des tarifs avantageux. En 2011, le Fastt a délivré 85 000 prestations et mobilisé 20 millions d’euros.

Typologie de recours à l’intérim

L’étude « L’intérim au féminin » permet de dessiner une typologie de 6 grands parcours types de femmes intérimaires qui révèle 3 familles dominantes :

  1. L’intérim, une solution choisieEntrer sur le marché du travail après ses études :les jeunes femmes considèrent l’intérim comme un moyen rapide de trouver un emploi et de se familiariser avec le monde de l’entreprise.Reprendre le travail suite à une période d’inactivité: pour les femmes qui ont interrompu leur carrière suite à la naissance d’un ou de plusieurs enfants, l’intérim peut constituer un sas de réinsertion vers le marché du travail.
  2. L’intérim de transition« Compléter ses revenus », notamment pendant les études :le recours à l’intérim intervient comme une solution pensée comme transitoire qui concernent surtout des femmes jeunes leur permettant d’avoir un revenu d’appoint.Rebondir après une étape du parcours professionnel :pour ces femmes, souvent dotées d’un solide bagage et qui occupent des postes qualifiés, l’intérim apparaît comme un moyen de consolider une réorientation ou un rebond professionnel, parfois marqué par une reconversion.Poursuivre la construction de son parcours professionnel en attendant une autre opportunité : l’intérim est envisagé comme une solution ‘par défaut’. Il fait souvent suite à une période d’échec professionnel tout étant perçu comme un nouveau tremplin vers un CDI.
  3. L’intérim de professionChoisir l’intérim comme mode de vie : l’intérim est ici vécu comme un choix de vie. Ces femmes ont opté pour cette solution de façon volontariste et construisent un parcours structuré autour des avantages du statut d’intérimaire. L’intérim est ici choisi pour sa stabilité et sa souplesse.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :