Rappel des propositions « Emploi » des deux candidats

2 Mai

A quelques heures du débat Nicolas S. vs François H., récapitulatif des propositions des deux candidats

Crédit photo : N. Salles

L’emploi, première préoccupation des français, sera-t-il au cœur du débat ? Les candidats se cantonneront-ils à leur programme originel ou feront-ils de nouvelles propositions en vue de séduire l’électorat du Front national, du Modem ou du Front de gauche ?

La France forte

@NicolasSorkozy #NS2012

  • Produire davantage en France pour créer des emplois

– Alléger les charges patronales qui pèsent sur le travail de 14 millions de salariés, en particulier ceux qui sont employés dans l’industrie et l’agriculture. Nous diminuerons ainsi le coût du travail de 13 milliards d’euros.

– Permettre aux entreprises de faire face plus facilement à des baisses ou à des pics d’activité par la possibilité de conclure, avec les représentants de la majorité des salariés, un accord sur le temps de travail, et l’emploi.

– Exiger la réciprocité dans les échanges commerciaux entre l’Europe et le reste du monde. Si les négociations n’ont pas abouti d’ici un an, la France réservera ses marchés publics aux seules entreprises qui produisent en Europe, jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé

– Créer un impôt minimal sur les grands groupes : en taxant les bénéfices des entreprises quel que soit le lieu où ils sont réalisés, nous mettrons un frein aux délocalisations.

– Interdire la déduction fiscale des dépenses de délocalisation de l’impôt sur les bénéfices des sociétés.

  • Libérer les forces de nos PME et nos artisans

– Mettre fin à l’inflation des normes, qui empoisonnent la vie des petits entrepreneurs : à l’avenir, toute création d’une norme sera compensée par la suppression de deux normes anciennes.

– Réserver une partie des commandes publiques aux PME européennes, comme le font les États-Unis pour leurs propres PME.

– Faire l’avance du crédit impôt recherche aux PME qui n’ont pas la trésorerie, pour qu’elles puissent investir dans l’innovation.

– Supprimer le privilège du Trésor Public, pour inciter les banques à financer davantage les PME.

– Appliquer le principe « zéro activité/zéro charges » aux artisans et aux travailleurs indépendants, comme c’est aujourd’hui le cas pour les auto-entrepreneurs.

  • Renforcer la valeur Travail

– Plutôt que de condamner les chômeurs à attendre passivement un entretien d’embauche, leur offrir une formation qui multipliera leur chance de retrouver un emploi. Tout chômeur qui n’a pas de perspective sérieuse de retrouver un emploi dans son métier sera tenu de suivre une formation qualifiante à un métier pour lequel il existe des besoins, puis à accepter un emploi correspondant à cette formation.

– Plutôt que d’occuper les jeunes dans de faux emplois, les préparer à de vrais métiers. Dorénavant, tous les élèves en dernière année de baccalauréat professionnel ou de CAP passeront 50 % de leur temps en entreprise. Cette révolution, qui concernera plus de 250 000 jeunes par an, leur garantira une bien meilleure insertion professionnelle.

– Plutôt que de considérer que les seniors sont « trop vieux », faire profiter la collectivité de leur expérience au sein des entreprises. Pour inciter les entreprises à embaucher de nouveaux seniors, nous instaurerons une exonération totale et perma- nente de charges pour les plus de 55 ans qui sont demandeurs d’emploi embauchés en CDI ou en CDD de plus de 6 mois.

  • Combattre les abus qui minent notre pacte social

– Généraliser l’obligation pour les titulaires du RSA d’effectuer sept heures d’activité d’intérêt général par semaine : parce que toute personne apte à travailler doit se rendre utile à la société. Le maintien du RSA sera en outre conditionné à une évaluation périodique qui permettra de mesurer les progrès de l’insertion.

– Instaurer un impôt sur les exilés fiscaux, qui s’installent à l’étranger exclusivement pour des raisons fiscales.

– Interdire les parachutes dorés des grands patrons, ainsi que les retraites chapeaux, car ces rémunérations n’ont aucun lien avec le mérite et la performance.

– Faire approuver les rémunérations des principaux dirigeants par l’assemblée générale des actionnaires plutôt que par les conseils d’administration. Un représentant des salariés siégera systématiquement au comité des rémunérations.

  • Augmenter le niveau de vie

– Augmenter la fiche de paye des 7 millions de salariés qui gagnent entre 1000 et 1 400 euros, pour que le travail paye davantage. Pour un salarié au Smic, le gain sur la fiche de paye sera de 840 euros nets par an. Nous pourrons le faire en diminuant les charges salariales sur les bas salaires de 4 milliards d’euros.

  • Construire l’école du XXIe siècle

– Créer la « banque de la jeunesse » qui se portera caution pour les jeunes dans tous leurs projets : financement d’études, création d’entreprise, logement.

François Hollande 2012

@fhollande #FH2012

  • Je veux relancer la production, l’emploi et la croissance

– Je créerai une Banque publique d’investissement. À travers ses fonds régionaux, je favori- serai le développement des PME, le soutien aux filières d’avenir et la conversion écologique et énergétique de l’industrie. Je permettrai aux régions, pivots de l’animation économique, de prendre des participations dans les entreprises stratégiques pour le développement local et la compétitivité de la France. Une partie des financements sera orientée vers l’économie sociale et solidaire.

– Je ferai des PME une priorité. Je mobiliserai l’épargne des Français, en créant un livret d’épargne industrie dont le produit sera entièrement dédié au financement des PME et des entreprises innovantes. Pour cela, je doublerai le plafond du livret développement durable, en le portant de 6 000 à 12 000 euros. Les PME, les TPE, les artisans et les commerçants auront, dans chaque région, un interlocuteur unique. Le crédit d’impôt recherche leur sera rendu plus simple et plus accessible. Je veillerai à ce que la commande publique leur soit bien ouverte, en toute indépendance et transparence.

– Je favoriserai la production et l’emploi en France en orientant les financements, les aides publiques et les allégements fiscaux vers les entreprises qui investiront sur notre territoire, qui y localiseront leurs activités et qui seront offensives à l’exportation. À cet effet, je modulerai la fiscalité locale des entreprises en fonction des investissements réalisés. En parallèle, j’engagerai avec les grandes entreprises françaises un mouvement de relocalisation de leurs usines dans le cadre d’un contrat spécifique. J’instaurerai, pour les entreprises qui se délocalisent, un remboursement des aides publiques reçues. Une distinction sera faite entre les bénéfices réinvestis et ceux distribués aux actionnaires. Je mettrai en place trois taux d’imposition différents sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les petites et moyennes, 15% pour les très petites.

– Je soutiendrai le développement des nouvelles technologies et de l’économie numérique, levier essentiel d’une nouvelle croissance, et j’organiserai avec les collectivités locales et l’industrie la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans.

– Je préserverai le statut public des entreprises détenues majoritairement par l’État (EDF, SNCF, La Poste…). Je demanderai à ce que soit adoptée, au sein de l’Union européenne, une directive sur la protection des services publics. Je protègerai les consommateurs pour rétablir la confiance des Français dans l’économie.

  • Je veux mettre les banques au service de l’économie

– Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives. J’interdirai aux banques françaises d’exercer dans les paradis fiscaux. Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie. Je supprimerai les stock-options, sauf pour les entreprises naissantes, et j’encadrerai les bonus. Je taxerai les bénéfices des banques en augmentant leur imposition de 15 %. Je proposerai la création d’une taxe sur toutes les transactions financières ainsi que d’une agence publique européenne de notation.

  • Je veux redresser nos finances publiques

– Un coup d’arrêt sera porté à la procédure de révision générale des politiques publiques et à l’application mécanique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Dès 2012, j’ouvrirai un cycle de concertation avec les organisations syndicales de la fonction publique sur tous les sujets : perspectives salariales ; lutte contre la précarité ; modes de nominations des emplois supérieurs de la fonction publique ; déroulement des carrières.

  • Je veux réorienter la construction européenne

– Je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance pour sortir de la crise et de la spirale d’austérité qui l’aggrave. Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction. Je proposerai de créer des euro-obligations. Je défendrai une association pleine et entière des parlements nationaux et européen à ces décisions. Cinquante ans après le traité de l’Élysée, je proposerai à notre partenaire l’élaboration d’un nouveau traité franco-allemand.

– Je défendrai un budget européen (2014-2020) au service des grands projets d’avenir. Je soutiendrai la création de nouveaux outils financiers pour lancer des programmes industriels innovants, notamment dans les domaines des technologies vertes et des transports de marchandise ferroviaires.

  • Je veux négocier une nouvelle réforme des retraites

– Je ferai en sorte que tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé la totalité de leurs annuités retrouvent le droit de partir à la retraite à taux plein à cet âge-là : ce principe sera mis en œuvre immédiatement. Une négociation globale s’engagera dès l’été 2012 avec les partenaires sociaux afin de définir, dans un cadre financier durablement équilibré, l’âge légal de départ à la retraite, la prise en compte de la pénibilité, le montant des pensions et l’évolution des recettes indispensables à la pérennité de notre système de retraite solidaire. J’engagerai aussi une réforme de la dépendance permet- tant de mieux accompagner la perte d’autonomie.

  • Je veux faire prévaloir la justice au travail

– Je lutterai contre la précarité qui frappe avant tout les jeunes, les femmes et les salariés les moins qualifiés : à cette fin, j’augmenterai les cotisations chômage sur les entreprises qui abusent des emplois précaires. Je mettrai en place un dispositif de notation sociale obligeant les entreprises de plus de 500 salariés à faire certifier annuellement la gestion de leurs ressources humaines au regard de critères de qualité de l’emploi et de conditions de travail.

– Je défendrai l’égalité des carrières professionnelles et des rémunérations entre les femmes et les hommes. Une loi sanctionnera les entreprises qui ne respectent pas cette règle, notamment par la suppression des exonérations de cotisations sociales. Un ministère des droits des femmes veillera notamment à son application effective.

– J’imposerai aux dirigeants des entreprises publiques un écart maximal de rémunérations de 1 à 20.

  • Je veux réinstaurer la justice dans tous nos territoires, en métropole comme en Outre-mer

– Je relancerai la politique des transports pour lutter contre la fracture territoriale qui exclut une partie des habitants de l’accès aux emplois et aux services publics. Ma priorité sera d’apporter, tant en Ile-de-France que dans les autres régions, une réponse à la qualité de service des trains du quotidien et à la desserte des territoires enclavés, ainsi qu’au développement des plateformes multimodales.

– J’encouragerai un nouveau modèle de développement de l’outre-mer, comportant un programme d’investissements et une action prioritaire pour l’emploi et la formation des jeunes.

  • Je veux lutter sans concession contre toutes les discriminations et ouvrir de nouveaux droits

– Je lutterai contre le « délit de faciès » dans les contrôles d’identité par une procédure respectueuse des citoyens, et contre toute discrimination à l’embauche et au logement.

– Je renforcerai les sanctions en cas de non-respect des 6% de travailleurs handicapés dans les entreprises, les services publics et les collectivités locales.

  • Je veux combattre le chômage, qui frappe particulièrement les jeunes et les séniors

– Je proposerai un contrat de génération pour permettre l’embauche par les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. Ce « tutorat » permettra de préserver des savoir-faire et d’intégrer durablement les jeunes dans la vie professionnelle.

– Je créerai 150 000 emplois d’avenir pour faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi et l’action des associations, en priorité dans les quartiers populaires. Je reviendrai sur la défiscalisation et les exonérations de cotisation sociale sur les heures supplémentaires, sauf pour les très petites entreprises.

– Je mettrai en place, en concertation avec les partenaires sociaux, la sécurisation des parcours professionnels, pour que chaque salarié puisse se maintenir dans l’entreprise ou l’emploi et accéder à la formation professionnelle. Le financement de la formation sera concentré sur les publics les plus fragiles, les moins formés et les chômeurs. Je renforcerai les moyens de Pôle emploi. Pour dissuader les licenciements boursiers, nous renchérirons le coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions, et nous donnerons aux ouvriers et aux employés qui en sont victimes la possibilité de saisir le tribunal de grande instance dans les cas manifestement contraires à l’intérêt de l’entreprise.

  • Je veux remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de l’action publique

– Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation. Ils couvriront tous les métiers. Je mettrai en place un prérecrutement des enseignants avant la fin de leurs études. Pour tous, je rétablirai une formation initiale digne de ce nom.

– Les élèves les plus en difficulté bénéficieront d’un accompagnement personnalisé pour que, à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Je renforcerai et valoriserai les filières d’enseignement professionnel et technologique. Je veux lutter contre la précarité des jeunes. J’offrirai à tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique.

  •  Je veux donner à la police et à la justice les moyens de nous protéger

– Je créerai, chaque année, 1000 postes supplémentaires pour la justice, la police et la gendarmerie.

– Tout texte de loi concernant les partenaires sociaux devra être précédé d’une concertation avec eux. Je ferai modifier la Constitution pour qu’elle reconnaisse et garantisse cette nouvelle forme de démocratie sociale. Dès l’été 2012, je réunirai une grande conférence économique et sociale qui sera saisie des priorités du quinquennat. Je permettrai la présence des représentants des salariés dans les conseils d’administration et dans les comités de rémunération des grandes entreprises.

  • Je veux porter haut la voix et les valeurs de la France dans le Monde

– Je relancerai une politique industrielle de défense ambitieuse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :