Le logiciel embarqué : une solution face à la désindustrialisation et à la délocalisation

20 Nov

L’industrie de la France, notamment dans le textile et l’automobile, a été fragilisée à la fois par la crise, la mondialisation et sa course insidieuse à la compétitivité. Nombreuses entreprises se sont délocalisées, provoquant des plans sociaux, perdant ainsi le savoir-faire français et créant des destructions d’emploi massives.

Cependant faut-il courir après une réindustrialisation à l’identique, remise en cause par la crise ? Devons-nous à chaque fois pallier à ces licenciements massifs en créant de nouveaux dispositifs d’aides de retour à l’emploi, certes utiles, ou plutôt nous tourner dès à présent vers un modèle différent d’industrialisation à travers l’innovation et la recherche-développement (R&D).

La menace de délocaliser la production de la CLIO 4 de Flins ou encore la menace de licenciement de plus de 6 000 salariés par PSA Peugeot Citroën sont de nombreuses exemples indiquant que nous ne pourrons pas lutter éternellement contre ces plans sociaux abusifs, cachés par des déclarations aussi sournoises que celle de Philippe V., président du Directoire de PSA dont le plan ne comprendra « aucune mesure de licenciements, ni d’âge et ne remettra pas en cause l’empreinte industrielle du groupe France ».

Le logiciel embarqué est une des réponses à cette désindustrialisation et aux destructions d’emploi.

En effet, le développement en logiciel embarqué nécessite le savoir-faire des filières industrielles telle que l’automobile, la gestion de l’énergie, les télécommunications, etc.

Actuellement, les systèmes numériques embarqués représentent 30 milliards d’euros de chiffres d’affaire et 220 000 emplois.

C’est pourquoi le gouvernement vient d’investir 32 millions d’euros dans le cadre des Investissements d’avenir pour soutenir 6 projets sur les 16 proposés.

Les 6 projets sont les suivants :

  • la « Plateforme partagée de services sur réseau domestique » (OpenTheBox) porte sur les logiciels pour la domotique utilisant les box d’accès à Internet ;
  • le projet « ManyCoreLabs » va optimiser les performances et la consommation énergétique des systèmes numériques embarqués ;
  • le projet « certification des environnements de confiance » (CEEC), va améliorer la sécurité informatique des systèmes embarqués ;
  • le projet « d’atelier pour le co-développement matériel/logiciel des systèmes embarqués » (ACOSE) ;
  • l’« Atelier de Génie Système » (AGeSys), par son ouverture à l’open-source, a le potentiel pour devenir un atelier de référence pour le génie système ;
  • l’« Atelier de développement et noyau pour systèmes embarqués » (ADN4SE) permettra de réduire de manière importante les coûts de conception des logiciels embarqués.

Les résultats du second appel à projets du 21 juillet dernier seront publiés début 2012.

Ce n’est donc pas abandonné notre industrie mais donnons-nous la possibilité de la voir autrement.

Réinventons-nous sans cesse.

Pour en savoir plus : economie.gouv.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :